Notre-Dame de Fourvière

[Histoire] [Ancien sanctuaire] [Facade principale] [La crypte] [L'abside] [La nef] [Les tours] [Visiter Fourvière]

La nef

Vues d'ensemble de la nef

Chaire de la basilique
Chaire de la basilique
Peinture Ex-voto
Peinture Ex-voto
Créatures ailées
Créatures ailées
Vierge à l'enfant
Vierge à l'enfant
Coupole de la nef
Coupole de la nef
Coupole représentant Marie
Coupole représentant Marie
Coupole de Fourvière
Coupole de Fourvière
Coupole, Joseph
Coupole, Joseph
Chaire de la nef
Chaire de la nef
Nef Basilique Fourvière
Nef de la Basilique de Fourvière
Ex-voto de Victor Orsel
Ex-voto de Victor Orsel
Nef de la basilique de fourvière
Nef de la basilique de fourvière
Orgue de fourvière
Orgue de fourvière
Orgue
Orgue
Entrée de la Basilique
Entrée de la Basilique
Statues blanches
Statues blanches
   

Les autels

Autel de la Basilique
Autel de la Basilique
Autel éclairé nef
Autel éclairé
Autel Annonciation
Autel de l'Annonciation
Autel de l'Assomption
Autel Assomption
Autel de la Visitation
Autel de la Visitation
Autel du Calvaire
Autel du Calvaire
Autel de la Nativité
Autel de la Nativité
Autel de la Présentation
Autel de la Présentation

Les vitraux

Marie reine des Anges
Marie reine des Anges
Marie reine des Apôtres
Marie reine des Apôtres
Marie reine des Confesseurs
Marie reine des Confesseurs
Marie reine des Martyrs
Marie reine des Martyrs
Marie reine des Patriarches
Marie reine des Patriarches
Marie reine des Prophètes
Marie reine des Prophètes

Les mosaiques

La bataille de Lépante :

mosaique voeu de louis XIIIDans les redoutables remous du détroit, devant Lépante (autrefois Naupaktos, ville et port des Locriens), au nord de la Grèce, entre le golfe de Patras et le golfe de Corinthe, les galères turques du sultam Selim II (1524-1574) sont en flammes.
Don Juan d'Autriche (1545-1578), commandant de l'escadre de la Sainte Ligue, Marc-Antoine Colonna (1535-1584), capitaine général des Etats de l'Eglise, Venieri, commandant les galères de la République de Venise, Doria, commandant la galère de Gênes, poursuivent l'ennemi.

Le Pape Saint Pie V, tandis que la flotte chrétienne combat contre les Turcs, aux iles Echinades, recoit de Dieu la vision de la glorieuse victoire obtenue grâce aux prières du Saint-Rosaire.
La composition de cette mosaique est du peintre Charles Lameire (1832-1910).

Le voeu de Louis XIII :

mosaique voeu de louis XIIISous un dais fleurdelysé que portent quatre colonnes torses d'or, "empruntées" au baldaquin du Val-de-Grâce, une riche draperie déroule les grandes armes de France et de Navarre, surmontées du casque à visière ouverte. Deux anges soutiennent les écus accolés des ordres de Saint-Michel et du Saint-Esprit.
Le roi Louis XIII est debout. Il présente à la Vierge Marie son sceptre et sa couronne. Derrière lui la reine, Anne d'Autriche, s'associe à sa prière. Entre eux brille le berceau qui attend Louis XIV.

Le roi Louis XIII proclame la Vierge Marie patronne de son royaume et lui consacre la France le 10 février 1638.

Saint Pothin arrive à Lyon :

mosaique saint pothinDans la partie supérieure de cette scène terrestre, la Vierge Marie, assise, l'Enfant Jésus dans son giron, est entourée de six anges qui planent et lui offrent des couronnes, et, sur une légère ligne de nuages, les martyrs de Lyon, victimes de la persécution de Marc Auréle en 177, nommément désignés dans la lettre des chrétiens de Lyon et de Vienne aux Eglises de Phrygie.
Inscription : Saint Pothin, disciple de Saint Polycarpe, apportant la foi chrétienne des plages de l'Orient, institua à Lyon, au IIeme siècle, le culte de la Vierge Marie.

Cette belle composition devait etre le dernier ouvrage du peintre Charles Lameire (1832-1910). Le grand artiste était venu à Lyon pour présider à l'achèvement de son oeuvre; il eut la supréme joie de la voir en place le jeudi 11 aout 1910. Quelques jours plus tard il s'alitait et il mourait chrétiennement, le dimanche 21 aout, à l'age de 78 ans. Une inscription posée à gauche du panneau et dans le bas rappelle la douloureusecoincidence de l'achévement de l'ouvrage et de la mort du peintre.

Le concile d'Ephèse : (431)

mosaique concile d'epheseC'est à Ephèse, capitale d'Asie Mineure, où une tradition vénérable place le tombeau de Marie, que fut proclamée comme un dogme de la Maternité Divine de la Vierge. Si elle a réellement conçu et mis au monde le Christ-Jésus, dont l'unique personne "assume" les deux natures divine et humaine, Marie doit etre logiquement appelée "Mère de Dieu".
Le personnage le plus remarquable est assurément Cyrille d'Alexandrie, littéralement soulevé d'un enthousiasme persuasif, prophète de la "Theotokos", dont l'icone règne sur l'assemblée des Pères du Concile comme sa personne sur les élus. Il est ici ce qu'il fut dans la réalité : l'ame du Concile.
Inscription : Sous le pontificat de Célestin, avec la protection de l'impératrice Pulchérie et grace à l'action de Cyrille, Evéque d'Alexandrie, l'hérésie de nestorius est condamnée, puis, aux applaudissements du Concile d'Ephèse, la définition de la Maternité Divine de Marie est annoncée au peuple chrétien.

Jeanne d'Arc à Orléans :

mosaique jeanne d'arcEn haut du panneau central : Le sacre de Reims (17juillet 1429). Sur le parvis de la Cathèdrale, le roi Charles VII parait et, près de lui, celle qui lui a rendu sa couronne.
Sur le même plan, on voit à droite de la Basilique royale : John Talbot, comte de Shrewsbury, vaincu à la bataille de Patay(19 juin 1429), reméttant son épée à Jeanne d'Arc. Et à gauche, Jeanne est faite prisonnière par les Bourguignons à Compiègne (23 mai 1430).
A l'extrémité gauche : Jeanne sur le bûcher dressé place du Vieux-Marché à Rouen. Elle meurt les yeux fixés sur la croix qui lui présente maitre Yzambard (30 mai 1431)
Inscription : La bienheureuse Jeanne, sur l'ordre de ses voix, délivre Orléans assiégée par les ennemis. Au milieu d'un grand concours de peuple, elle se tient, victorieuse, près du roi Charles VII, sacré à Reims. Elle meurt à Rouen, au milieu des flammes en 1431.

Immaculée Conception :

mosaique concile d'epheseDevant la Basilique de Saint-Pierre de Rome, dont le dôme se détache sur un ciel d'or : la figure de Pie IX domine la scène. Debou sur la "sedia", les bras étendus, le pape proclame le dogme de l'Immaculée Conception (Marie préservée du péché originel).
Le collège des cardinaux l'entoure. On reconnait parmi eux : sur la droite, le cardinal Pecci (le futur Léon XIII) et , au premier plan, vêtu d'une chape d'or, le cardinal de Bonald, alors archevêque de Lyon, agenouillé près d'un patriarche de l'Eglise orientale. Deux représentants de la grande famille franciscane se prosternent devant la "sedia". L'un présente au pape un lis d'argent, l'autre lui offre une rose d'or.
La colonnade du Bernin embrasse dans sa courbe immense l'épiscopat du monde entier.
Au dessus de l'auguste assemblée, le monde céleste est associé à la gloire de la Mère de Dieu.

[Histoire] [Ancien sanctuaire] [Facade principale] [La crypte] [L'abside] [La nef] [Les tours] [Visiter Fourvière]